Théâtre le Ranelagh

Actualité

24 octobre 2016

Les lauriers pour le CID dans LA CROIX

article de France Lebreton, édition du 22 octobre

Relisez la critique dithyrambique in extenso de la journaliste de LA CROIX: En ouverture, Rodrigue et Chimène dansent, épée à la main, dans une sorte de combat amoureux, sensuel et tendre. Comme un prélude aux déchirements qui vont suivre. Un immense blason aux armoiries de Castille, en décor, donne le ton du spectacle. Le Parti pris d'une certaine sobriété réchauffée par le rouge des costumes. Dans la mise en scène élégante et inventive de Jean-Philippe DAGUERRE, la tragicomédie de Corneille est énergique, poignante et drôle. Le rois à l'élocution hasardeuse, est une trouvaille comique. Elvire, la soubrette, une merveille d'intelligence espiègle. Les deux jeunes premiers interprètent , avec justesse et fougue, le couple imaginé par Corneille. Ecartelés entre leurs sentiments et leur devoir filial, frémissants d'amour et tremblants de colère, ils envoûtent de public suspendu à la beauté fluide de leurs alexandrins. La musique espagnole interprétée sur scène par Petr Ruzicka et Antonio Matias, apporte du rythme et du relief. On est heureux de redécouvrir ce Cid et de le faire connaître aux plus jeunes.