Théâtre le Ranelagh

L’Art du Japon : qu’est-ce que cela évoque pour vous ? Une laque japonaise, appréciée par Marie-Antoinette ? L’Ikebana, ou l’arrangement des fleurs ? La cérémonie du thé ? Ou bien encore le manga ? Mais qu’en est-il des poésies lyriques ou coquettes de K. Hakushu, T. Yumeji ou T. Ishikawa, mises en musique par les plus célèbres compositeurs japonais des XIXe et XXe siècles tels K. Yamada, S. Nakayama ou Y. Nakada et leurs mélodies tour à tour nostalgiques, romantiques ou festives ?

Après un programme très apprécié autour de L’Art de Marie-Antoinette, Mayuko Karasawa propose cette année au Théâtre le Ranelagh un véritable voyage musical au cœur des chansons et mélodies traditionnelles japonaises : les Shôka, Dôyô et Kakyoku.

Elle sera accompagnée par Aya Okuyama sur un pianino d’époque réalisé par Pleyel en 1838. Cet instrument, rare de nos jours, était l’un des favoris de Frédéric Chopin pour ses sonorités chaleureuses, poétiques et intimes.

Soprano : Mayuko Karasawa

Pianino Pleyel 1837 : Aya Okuyama

Avec le Choeur de la Classe de japonais LV1 6e7 au Collège Jean de La Fontaine, Paris XVI Remerciement special :Atsuko Inukai (Professeur de japonais au Collège Jean de La Fontaine)

PARTAGER google+ linkedin tumblr mail