Théâtre le Ranelagh

Satan délègue, sous l’apparence de ménestrels, deux de ses suppôts, Dominique et Gilles, pour semer malheur et destruction sur Terre en l’an de grâce 1485. Alors que Dominique réussit sa mission en soumettant à son emprise séductrice le baron Hugues et Renaud, le fiancé de sa fille Anne, Gilles faillit à sa tâche en succombant amoureusement devant la pureté d’Anne à laquelle il ne devait apporter que tourments. Leur amour déchaîne le courroux de Satan qui intervient en personne pour achever son œuvre de désolation comme il l’entend.

LA PRESSE EN PARLE
TELERAMA - TT : "Marcel Carné fut accusé sous l’Occupation d’avoir contribué à la défaite de 1940 avec un Quai des brumes jugé « démoralisant ». La légende veut qu’il ait alors choisi, avec Prévert, le sujet le plus détaché des convulsions de son temps : un Moyen Age d’enluminure, une histoire d’amour fichée dans un clair vitrail.

Mais, dans le secret du fabliau, palpite un message d’espoir. Il est tentant d’imaginer, dans cette lutte entre le Bien et le Mal, une transposition des tourments de l’Occupation. Qui est ce démon tentateur incarné par Jules Berry, sinon l’envahisseur nazi, qui « damne » ceux qui commercent avec lui ? Carné entonne une ode discrète à la Résistance, dans l’intimité des coeurs et des âmes. Joyau d’une infinie richesse métaphorique, c’est une parabole sur l’amour vrai, vainqueur des faux-semblants. La lenteur du rythme, la poésie pure et somnambule des images ressuscitent le merveilleux des contes médiévaux."

Réalisateur Marcel CARNE

Scénariste Jacques PREVERT

Avec ARLETTY, Fernand LEDOUX, Marie DEA...

Producteur André PAULVE

PARTAGER google+ linkedin tumblr mail