Théâtre le Ranelagh

En 1812, à l’arrivée de Napoléon 1er à Moscou, le Tsar ordonne au père de Sophie, le Comte Rostopchine, gouverneur de la ville d’y mettre le feu. Devenu ensuite le bouc émissaire du Tsar, il est contraint à l’exil et vient s’installer à Paris avec sa famille.

Sophie rencontre Eugène de Ségur qui l’épouse. Elle devient la Comtesse de Ségur.
Après la mort d’un de ses enfants, elle tombe dans une profonde dépression. Pendant cette longue période, l’écriture l’aide à se reconstruire. Ses souvenirs d’enfance deviennent la trame de ses livres, son merveilleux père, le général Dourakine et sa terrible mère prend les traits de la cruelle Madame Fichini, elle-même redevient la petite Sophie des "Malheurs de Sophie".

Treize ans après ce drame, elle renait, ayant surmonté ses souffrances, ses ouvrages écrits initialement pour ses enfants rencontrent un immense succès. Elle devient un auteur mondialement connu pour entrer dans l’histoire de chacun.

LA PRESSE EN PARLE
COUP DE COEUR FIGAROSCOPE : Bérengère Dautun est parfaite.
MONACO INFO : Pour fêter les 130 ans de l’alliance française de Monaco, le spectacle s’est joué pour la première fois, l’occasion d’entendre Bérengère DAUTUN parler de ce projet singulier et de son personnage légendaire lors d’une interview pour le journal télévisé du 28 octobre ; cliquez sur le lien ci-dessous à la 12ème minutes : http://www.monacochannel.mc/Chaines/Monaco-Info-Le-Replay/Videos/JT-Monaco-Info-du-lundi-28-octobre-2013

Note d’intention de metteur en scène :
"Une vision intérieure comme unité de lieu, d’action et de temps, je crois qu’il n’y a rien de plus fort. De plus émouvant. Pas besoin d’un grand décor pour orchestrer une femme qui vous suggère à l’oreille ce que souffrir veut dire. Aller à l’essentiel en toute simplicité, c’est une manière, une disposition singulière qui relève d’une sensibilité rigoureuse, précise. Conter, raconter devient une action de grâce si parfaite qu’elle transcende tout ce qu’elle touche.

Bérengère Dautun fait corps avec Sophie de Ségur. On ne sait plus laquelle a accaparé l’autre. Ce double intime, cette entente de tempérament, cette coïncidence heureuse, cette symétrie de deux femmes confondues en une seule gagne l’amour du public. Une scène, un sofa, des livres, Sophie de Ségur, nous sommes sous le charme prêt à vivre avec elle l’histoire de sa vie..."

Auteur : Joëlle FOSSIER

Mise en scène : Pascal VITIELLO

Assistant à la mise en scène : Fabien HELLER

Direction artistique : Bérengère DAUTUN

Lumières : Jérémy IZAD

Son : Sylvain DENIS

PARTAGER google+ linkedin tumblr mail